top of page

Le mariage, 35 ans après...

Ce dimanche, les fiancés se retrouvent pour une journée de préparation au mariage. Une occasion pour nous tous de nous émerveiller devant ce sacrement. Voici un témoignage qui pourra nous y aider :

« Le jour de notre mariage, notre « oui » l’un à l’autre était le reflet de notre liberté. Lorsque nous sommes amenés à nous re-choisir, après une dispute ou un manque d’amour par exemple, nous redisons ce « oui » fondateur sous le regard du Seigneur, nous nous demandons pardon pour restaurer notre confiance l’un dans l’autre : c’est librement que nous repartons sur le chemin, parfois difficile, de la vie conjugale, chemin de sainteté.

Pour nous, ce qui paraît le plus exigeant dans la fidélité, c’est la fidélité à notre conjoint au quotidien. Pour que dure notre amour, il faut être vigilants et se garder des petites infidélités répétées : manques d’attention à l’autre, loisirs vécus égoïstement ou au contraire tentatives d’accaparer l’autre sans respecter sa personne profonde. Mais là encore, un regard humble porté sur notre vie et la certitude que le Seigneur chemine à nos côtés nous aide à progresser. Nous aimons dire qu’« on n’a jamais fini de grandir » - même à notre âge.

C’est pour toute notre vie que nous nous sommes engagés à nous aimer, lorsque nous nous sommes donné le sacrement de mariage. Certains pourront trouver cela paradoxal, mais pour nous plus le temps passe, plus notre amour s’épanouit. En cela en effet rien d’anormal : nous nous connaissons plus profondément, nous anticipons nos réactions et arrivons à construire des relations plus sereines, nous accédons au pardon plus facilement, nous nous émerveillons des dialogues profonds que nous pouvons avoir. Un coup d’œil jeté dans le rétroviseur sur le chemin parcouru à 2 depuis si longtemps nous confirme que nous sommes sur la bonne route, avec l’aide du Seigneur.

Plus nous avançons dans la vie, plus nous constatons que le sacrement de mariage a inscrit notre couple dans un dialogue de communion avec le Seigneur, dans un cercle vertueux nous donnant les moyens des exigences de l’amour.

Nous n’avons jamais fini d’avancer avec le Seigneur ! »

Bernard et Chantal

Posts récents

Voir tout

J'ai mal

C’est une coïncidence troublante. Au moment où l’on dit adieu à Robert Badinter qui obtint l’abolition de la peine de mort dans notre pays, on va inscrire dans la constitution le droit décider de la v

Il n'est jamais trop tard

Lorsqu’on est en vacances, il est souvent plus difficile de vivre le Carême car deux finalités ont tendance à s’opposer : d’une part se reposer, se détendre, prendre du bon temps pour revenir en plein

Le Carême commence bien tôt !

Cette année, le mercredi des Cendres tombe le 14 février. Mais figurez-vous que le carême peut parfois commencer encore bien plus tôt dans le calendrier. Si Noël est célébré chaque année à la même dat

bottom of page