BRÈVE HISTOIRE DE L’ÉGLISE

Saint-Denys du Saint-Sacrement

Du «marais» au jardin potager

Le quartier du «marais», régulièrement inondé par les crues de la Seine, devient au Xe siècle, grâce à l’arrivée de communautés religieuses et à d’importants travaux d’assèchement, le jardin potager de Paris. Cette activité de culture se développera jusqu’au XIVe siècle.

 

Peuplement et urbanisation

Ce sont des initiatives royales, surtout celles de deux grands rois bâtisseurs, qui sont à l’origine du peuplement et de l’urbanisation du quartier. Au XIVe siècle Charles V le sécurise en l’englobant dans une nouvelle enceinte verrouillée par la forteresse de la Bastille.

De plus, en y installant sa résidence, il y attire les nobles qui commencent à construire des hôtels luxueux.

Mais c’est Henri IV qui va véritablement l’urbaniser avec un programme rationnel de lotissements et de places à l’italienne.

En ce début du XVIIe siècle la mode du quartier est durablement lancée.

 

Le XVIIe siècle, âge d’or du Marais

Tout le quartier se couvre d’hôtels particuliers et l’élite de la Cour s’y installe jusqu’à la construction de Versailles où elle suivra le roi. Parallèlement, dans la dynamique de la Contre Réforme, les fondations religieuses se multiplient. Les Bénédictines du Saint-Sacrement notamment s’installent en 1684 dans l’hôtel de Turenne (situé à l’emplacement de l’église actuelle) pour soutenir la piété eucharistique menacée par le protestantisme. Une chapelle y sera construite (à l’emplacement des fonts baptismaux actuels).

 

L’église actuelle

Les Bénédictines seront chassées par la Révolution en 1792. Après le Concordat de 1802, Bonaparte érigera la chapelle du couvent en église paroissiale, vite trop petite pour une population en pleine expansion.

En 1823 la ville de Paris achète terrains et bâtiments en vue d’édifier une nouvelle église. Le projet est confi é à un architecte de renom : Hippolyte GODDE.

L’église sera consacrée le 4 juin 1835.

 

 

Oeuvres d'art

Aujourd’hui, la notoriété de l’église tient en partie au fait qu’elle abrite (dans la première chapelle à droite) une Pietà exécutée en 17 jours par Delacroix en 1844, « ce chef-d’œuvre qui laisse dans l’esprit un sillon profond de mélancolie » selon Baudelaire.

Une récente restauration a révélé la beauté des Pèlerins d’Emmaüs, œuvre peinte à la cire par François-Edouard Picot.

Enfin la Vierge à l’Enfant bénissant est de retour, et doublement !, puisqu’elle veille désormais sur notre quartier à la fois depuis sa niche de la rue de Turenne et depuis la chapelle du Saint-Sacrement de Saint-Denys.

Grâce au travail acharné et à la persévérance du Collectif, qui s’est constitué autour de Katarina K., Marc L. et le père Tardy, a réuni les copropriétaires du 58, des paroissiens, des voisins soucieux de leur patrimoine, tant culturel que spirituel, et a pu bénéficier du soutien de la municipalité comme de la DRAC, nous sommes en effet riches de deux statues: l’originale (elle-même une copie en plâtre du XIXème siècle) a été déposée à l’abri dans l’église, tandis qu’une copie bravera désormais les intempéries du haut de sa niche. Mère juive d’un enfant juif, mère de l’Église, femme vénérée dans l’islam, cœur donné à l’humanité, Myriam veille avec bonté sur nous tous, quelle que soit notre croyance.

Le père Roger a donc procédé à deux bénédictions publiques, l’une dans l’église, pendant la messe, et l’autre dans la rue, à l’issue d’une courte procession.

Voilà Celle qui désormais sera appelée « Notre Dame du Marais » pour montrer qu’elle intercède pour tous les habitants du quartier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Curés de l'église St-Denys du St-Sacrement

 

Denis-Nicolas  POITEVIN                 (1802 -  1813)

Pierre  DELARUE                               (1814 -  1822)

Claude-Michel  PISSEAU                  (1823 -  1830)

Jean-Bertrand  FORGUE                   (1830 -  1857)

Jacques Jean-Baptiste  CAUVIN      (1857 -  1872)

Louis  BRAZIER                                  (1872 -  1893)

Edouard-Adolphe  CANTEL              (1893 -  1899)

Armand  LEFEVRE                              (1899 -  1907)

Edouard  PINET                                  (1907 -  1927)

Robert  RAYMOND                             (1927 -  1929)

Marc  SENTEX                                     (1929 -  1937)

Paul  PENEL – BEAUFIN                    (1937 -  1946)

Albert  URRUTIAGUER                       (1946 -  1965)

Lucien  MONTEIX                               (1965 -  1979)

Jean  RENARD                                     (1979 -  1985)

Gonzague  CHATILLON                      (1985 -  1991)

Daniel  PONSARD                                (1991 -  1997)

Michel  CALLIES                                  (1997 -  2003)

Paul  QUINSON                                   (2003 -  2012)

Roger  TARDY                                      depuis 2012 

 

Liste établie ca. 1995 et complétée le 23 avril 2015